lundi, novembre 19, 2018
Home > ACTUS > “Smartphone Vert”: Les téléphones qui sauveront la planète

“Smartphone Vert”: Les téléphones qui sauveront la planète

Dans un précédent billet nous en étions arrivés à constater que l’industrie du téléphone entretenait un flou volontaire dans la définition des engagements et dans les charges qui sont celles des différents acteurs. Et nous avons clairement dénoncé le manque de transparence depuis le processus de fabrication, jusqu’à la mauvaise gestion des circuits de fin de vie, en passant par l’obsolescence rapide et programmée des mobiles et par l’inefficacité des actions de rappel menées jusqu’ici.
Un constat s’impose alors tout de suite: ce silence tend à porter l’accusation sur l’utilisateur final. Car il sera le dernier à être accusé d’utiliser et de créer la demande pour ces équipements dont la production et l’entretien ont un impact certain et réel sur l’environnement et le climat.
Il devient donc urgent de trouver une solution qui puisse constituer un équilibre tout à fait parfait entre le caractère impérieux d’utiliser des téléphones et le sort de notre planète. Le titre de cet article, s’il reste quelque peu invocateur d’un équilibre retrouvé entre le besoin de smartphone et la santé de la planète, ne saurait faire référence à un nouveau mode de production de mobile. En effet, serait-ce possible de concevoir un smartphone sans circuits intégrés ou sans processeur? Non répondrait-on sans hésitation.


Le “smartphone vert” dont nous proposons l’adoption est un engagement. Un engagement tri latérale, pour lequel chaque partie pourrait clairement donner sa position en matière de politique pour la sauvegarde du climat et de développement durable. L’autre aspect de notre proposition si assure son caractère intéressant, c’est la possible indépendance entre les parties dans la tenue de leurs engagements. C’est-à-dire que si les fabricants de téléphones ne tiennent pas leurs engagements, cela n’empêchera pas l’opérateur de téléphonie de le faire, encore moins l’utilisateur final.

“Smartphone vert”, de quoi s’agit-il?
Le smartphone vert nous le définissons comme étant un smartphone qui, malgré tous les tords fait à la nature pour sa production, garantie l’existence d’un arbre et lie sont existence à celui-ci. Eh OUI!! un peu comme si notre smartphone avait son “avatar” dans la nature en train d’équilibrer son impact sur le climat. Il s’agira en quelques sortes de faire parrainer un arbre par un smartphone (ou son détenteur en fait).
“Smartphone vert”, Comment?
Un smartphone sera dit “vert” s’il présente un sticker labellisé sur sa coque, son emballage ou partout ailleurs. Ce sticker labellisé implique le fait que fabriquant, l’opérateur de téléphonie ou l’utilisateur à financé le planting d’un arbre quelque part dans sa localité, dans sa région, dans son pays, etc. Cet arbre devra être identifié par le même IMEI du smartphone qui le parraine, son cycle de vie (santé, évolution, viabilité) pourra être suivie par géolocalisation ou d’autres technologies le parrain, ou même de manière plus réel avec des visites sur site. Ce sticker,nous le souhaitons scandaleusement moins cher (dans la mesure du possible), pour qu’il rencontre l’adhésion de tous les acteurs.


Déclencheur d’une valeur sentimental pour le climat
Nous voulons de cette proposition qu’elle active une valeur sentimentale pour la climat et pour l’environnement. Cela pourrait au moins constituer un aspect qui suscite implication de tous dans les questions de climat. Cela parce qu’il est aujourd’hui commun d’entendre des personnes repondrent aux questions sur le climat “…non, ça ne m’interesse pas…”.
Supposons d’ailleurs que la notion de “smartphone vert” devienne un effet de mode,et que des leaders d’opinions de tous genres, le plébiscitent, le conseil au travers de campagnes bien menées, chacun se mettrait à coup sûr à rechercher un sticker “smartphone vert” et a créer le sentiment général que chacun ait un peu de lui dans la grande machine qui est en train de sauver la planète.
Un impact certain sur la nature!
Prenons le territoire ivoirien, regardons ensemble les chiffres alarmant sur la vitesse à laquelle disparait notre forêt. De 16 millions d’hectares en 1960, nous sommes aujourd’hui à peine à 3,4 millions (Donnée datant de Novembre 2016), soit un taux d’environ 78% du patrimoine forestier envolé. Avec tous les justificatifs que l’on puisse trouver, cela reste très inquiétant.
Prenons à présent les dernières publications de l’ARTCI qui donnent un parc total de 30 899 698 abonnés. Imaginons à présent que ces 31 millions d’abonnements mobiles donnent naissance à un patrimoine d’au moins 31 millions d’arbres dans nos forêts protégées. Nous vous laissons visualiser avec tout ce que cela implique comme dynamique d’évolution du taux d’abonnés mobile et taux de pénétration du mobile en Côte d’ivoire.
L’impact d’un tel projet reste déterminant pour sauver la planète, et rencontrer l’adhésion de tous, parce que, sans vouloir être pessimistes, les temps se compliquent et les accords et grands sommets politiques ne sont plus aussi efficaces qu’ils paraissent. Car les acteurs dépensent plus d’énergie à contourner les résolutions qu’à les respecter. Les réduisant ainsi à de simples objets de chantages diplomatiques.


Le “Smartphone vert”pour qui?
Le concept pourra, nous le souhaitons bien, être récupéré par qui le souhaite, du moment ou cela permet d’atteindre les objectifs en terme de développement durable et de protection du climat. Les collectivités locales et territoriales, les ONG, les régulateurs télécoms et les Etats, chacun à son échelle pourra le mettre en pratique et contribuer à garantir un avenir plus certain à la planète.

D’une manière générale, nous présentons ici la vision qui reste une proposition de la rédaction de babiphone.net à ce fléau. La mise en oeuvre technique d’une telle solution pourra toutefois faire l’objet de réflexions entretenus et mûries sur les bases des orientations fixées par les experts et professionnels de l’environnement et du climat. Mais au moins ici le smartphones que nous chérissons tant, auraient réussi à contribuer à sauver la planète en déclenchant une nouvelle révolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *