dimanche, février 25, 2018
Home > FEED BACK > Apple : L’Ipod tire sa révérence…pour de bon

Apple : L’Ipod tire sa révérence…pour de bon

Une page se tourne pour Apple comme pour tous ceux qui sont devenus accros aux loisirs numériques nomades : celle d’un petit appareil qui aura révolutionné la façon d’écouter sa musique en mode nomade, et supplanté tous ses concurrents. Certes, au commencement était le Walkman, la création de génie de Sony qui a permis à une génération entière de se replier dans sa bulle, casque sur les oreilles, à apprécier ses cassettes audio préférées. La musique nomade était née, puis en 2001, Apple allait la réinventer.

 

Il aura suffi d’un geste, d’une molette magique, et d’un argument massue – faire entrer 1 000 morceaux dans votre poche – pour changer le visage du « baladeur », de la musique nomade, mais aussi celle d’Apple. Certes, le premier iPod ne peut pas encore se passer de son Mac pour alimenter en morceaux ses 5 Go de mémoire. Mais dès 2003, Apple dégaine iTunes, et tout change, entre la possibilité d’acheter ses morceaux à l’unité sur ce Music Store révolutionnaire, et la compatibilité Mac et PC. Les écouteurs blancs déferlent dans les rues, le « Think different » devient la norme. Le visage d’Apple avait lui aussi changé à jamais, passant de la production d’ordinateurs « différents » à la vente de musique en ligne associée à une application et à un lecteur : l’écosystème du géant de Cupertino était lancé, et au fond, il n’a pas varié depuis.

Après l’iPod, l’iPhone ?

Il faudra attendre 2003 pour voir apparaître une première version simplifiée de l’iPod, le Shuffle, plus petit, moins cher, mais aussi plus basique, faisant de ses défauts, à commencer par l’absence d’écran, des qualités. Toute la magie du marketing selon Apple… Mais le tir est corrigé dès 2004 avec un petit joujou musical cool et coloré, le Nano, qui allait vite devenir l’iPod, et le lecteur MP3, le plus vendu au monde. Avec lui, les publicités colorées et les partenariats avec des artistes célèbres deviennent la marque de fabrique d’Apple. Impossible de passer à côté des éditions limitées proposées avec le groupe U2, ou au profit de RED et de la lutte contre le sida. Précurseur des objets connectés, Apple proposait même alors avec Nike des capteurs à intégrer à ses baskets qui fonctionnaient en association avec l’iPod…

Les légendes ne meurent jamais, dit-on. Mais aujourd’hui, en annonçant la suppression de son catalogue de l’iPod nano et de l’iPod shuffle, trois ans après l’iconique iPod classic, Apple ne fait au fond que boucler la boucle. Si l’argument avancé est de « simplifier sa gamme », en ne conservant qu’un iPod Touch qui a tout d’un iPhone sans carte Sim, il faut bien reconnaître qu’en ces temps du smartphone roi, vendre de simples baladeurs MP3 incompatibles avec le service de streaming Apple Music et supposant une prise casque ne rime plus à grand-chose au sein de la stratégie globale de la marque californienne. Comme l’avait dit Steve Jobs lui-même en dévoilant l’iPhone il y a tout juste dix ans : « Voici le meilleur des iPod que nous ayons jamais fait. » L’iPod est déjà mort deux fois, mais il vit encore, au fond de chaque iPhone : s’il s’est vendu 390 millions d’iPod entre 2001 et 2014, Apple a déjà écoulé un milliard d’iPhone entre 2007 et 2016… La page de l’iPod vient de se tourner ; pour Apple, la prochaine étape sera-t-elle celle de l’iPhone ?

 

Source: http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/apple-la-deuxieme-mort-de-l-ipod-28-07-2017-2146631_47.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *